Réhabilitation d’un immeuble à usage de bureaux

49, rue Etienne Marcel - 75001 Paris

Maître d’ouvrage - Mutuelle des Architectes Français
Mission - complète Surface - 4 330 m²
Coût - 4,4 M€
Calendrier - 2013

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                                         

 

C’était il y a 25 ans...
Après le succès d’une réhabilitation très compliquée dans Paris, l’une des toutes premières du genre, Jean Meynial, alors Président de UNIBAIL, nous confiait la restructuration complète du siège de Cacharel au 49, rue Etienne Marcel. Forts de notre autorité naissante, nous avons pu bousculer les habitudes du temps et proposer une intervention très résolument moderne.
Ce fut un plus grand succès encore qui nous valut entre autres un mémorable week-end en Ecosse avec toute l’équipe de notre Maître d’Ouvrage, à mener une étude approfondie des mérites comparés des Malt fumés des Highlands et des blondes liqueurs des Islay.
Quelques années plus tard, le Président de la M.A.F., notre mutuelle professionnelle, me téléphone pour me demander mon avis sur ce bâtiment : il l’achète.
Les années passent. La Réunion des Musées Nationaux (R.M.N.) occupant l’immeuble depuis le début y coule, nous dit-on, des jours heureux. En novembre 2010, nouveau coup de fil de
la M.A.F. : contractions budgétaires oblige, la R.M.N. quitte les lieux.

On nous demande de réhabiliter notre travail d’il y a vingt-cinq ans. Techniquement, l’immeuble a vieilli, il a été peu entretenu, mais ses qualités architecturales demeurent. Notre intervention se fera plus discrète, plus technique, inscrite dans la logique du Grenelle de l’Environnement. Nous nous autoriserons toutefois une intervention plastique en forme de clin d’œil à nous mêmes : le grand mur acoustique de l’atrium, innovation technique d’une performance exceptionnelle, était habillé de dalle de lave.
Lors de sa conception, nous avions caressé l’idée d’en faire un morceau de la falaise d’Etretat, un rêve qui s’inscrivait tellement bien dans les lieux que cette fois, disposant de nouveaux moyens techniques, nous l’avons fait. L’acoustique reste parfaite, cette falaise illumine avec bonheur cet espace dramatique. Comme quoi en architecture comme en littérature, la qualité peut volontiers se passer de suivre la mode du temps qui trotte !